-A +A

Santé et action sociale

Face à la pénurie de professionnels de santé que connait le Genevois et aux difficultés qui en découlent pour les habitants, la CCG s’engage aux côtés de l’Agence régionale de Santé (ARS) pour repérer les problématiques de santé spécifiques au territoire.

Elle axe également sa réflexion sur les populations renonçant à se faire soigner par manque de moyens financiers.

Le territoire frontalier se caractérise en effet par de fortes disparités sociales.

  • Renforcement du partenariat avec la CPAM pour une meilleure communication des aides existantes : CMU Complémentaire, Aide Complémentaire Santé,
  • Convention avec l’association ACTIOM pour la mise en œuvre du dispositif Ma commune Ma santé sur le territoire depuis mars 2017 
  • Mise en œuvre d’un contrat local de santé afin d’agir sur l’ensemble des facteurs qui influencent l'état de santé de la population : qualité de l'air, qualité de l'eau, logement, alimentation, accès aux soins, etc. Les priorités seront dégagées, après large concertation, au sein du diagnostic santé du territoire.

Pénurie médicale dans le Genevois 

Comme de nombreux territoires en France, la CCG connait une pénurie dans son offre de santé. 

Le coût élevé de l’immobilier dans notre bassin de vie (qui freine l’ouverture de cabinets), et les tarifs de consultation déconnectés du coût de la vie locale ne favorisent pas l’installation de nouveaux praticiens, d’autant plus dans une période de manque au niveau national. 

D’ici 10 ans, la France va notamment perdre 1 médecin généraliste sur 4. La courbe ne commencera à s’inverser qu’en 2025.

Des mesures sont en cours au niveau national pour inciter les professionnels à s'installer dans des zones géographiques sous dotées mais leur effet ne sera pas immédiat. 

Alors, en attendant : que faire ? 

C’est la question à laquelle les élus locaux souhaitent eux aussi trouver des réponses au côté des professionnels afin de compléter le dispositif national à venir.
Conserver les praticiens existants et en faire venir de nouveaux : tel est le grand défi du territoire.  

La Communauté de communes du Genevois (CCG) a pour cela accompagné des équipes de professionnels dans leur projet de maison de santé pluridisciplinaires. 

Elle cherche également le moyen d’attirer des stagiaires : il faut pour cela  des volontaires pour devenir maître de stage mais également faciliter le logement des futurs stagiaires. 

En parallèle, une cellule de coordination est née en 2015 à l’initiative de professionnels convaincus qu’une meilleure coordination entre libéraux, services sociaux et services hospitaliers est la clé d’une meilleure prise en charge des patients et un gain de temps pour les professionnels. 
Des actions de promotion du territoire doivent également être réfléchies et menées à très court terme pour attirer de nouveaux praticiens.
 
Ces premières initiatives vont être rassemblées au sein d’un plan d’actions concerté que la CCG souhaite voir mis en œuvre sur la base des conclusions tirées du diagnostic santé qu’elle a réalisé en 2017 sur l’ensemble du Genevois. 
Pas de solution miracle immédiate, donc, mais des approches pragmatiques et coordonnées pour améliorer progressivement la prise en charge médicale et le quotidien des professionnels qui concourent à la santé de chacun.   

De bonnes habitudes à conserver…

Pour ne pas dégrader davantage la situation, vous pouvez vous aussi - en tant que patient - agir :

  • évitez autant que possible toute consultation de confort, administrative ou à domicile,
  • honorez votre rendez-vous ou pensez à l’annuler au plus tôt,
  • rappelez-vous qu’un rendez-vous = une seule personne et non toute la famille,
  • respectez verbalement votre praticien,
  • acceptez de consulter en périphérie du Genevois.